Dr. Moulay Nabil


Endométrectomie au système résection master

Le principe de la destruction endométriale dans le cadre du contrôle des saignements utérins est ancien. De multiples agents physiques (froid, chaleur), chimiques utilisés en application endo utérine directe ont été responsables de complications redoutables qui ont progressivement motivé leurs abandon.
La résection endométriale sous hystéroscopie opératoire ou “endométrectomie” et une des méthodes actuelles qui se propose de traiter les saignements utérins anormaux de façon conservatrice.


  • Endométrectomie
  • Particularités liées à l’endométrectomie :
Endométrectomie

Principes:
Obtenir une aménorrhée (absence de règles) ou hypoménorrhée (diminution des règles) par résection aussi totale que possible du tissu endométrial.

Avantages de la méthode :

  1. Résection sous contrôle de la vue (diminution des complications par rapport aux méthodes aveugles).
  2. Possibilité de contrôle histologique des pièces de résection (ce qui est impossible en cas d’utilisation de méthodes destructrices telle que le laser la thermo ou cryocoagulation).
  3. Alternative à l’hystérectomie qui reste une méthode sûre mais possédant une morbidité plus importante.

Indications de la méthode :

Saignements utérins anormaux chez une femme

  1. Proche de la ménopause.
  2. Sans désir de fertilité,
  3. Porteuse d’un utérus de taille subnormale
  4. sans pathologie pelvienne (endométriose , kyste ovarien , …) ou utérine associée (fibrome , …)

Limites de la méthode :

Eliminer un cancer ou une atypie de l’endométre (surtout si saignement anormal en post ménopause)

Particularités liées à l’endométrectomie :

Risque de grossesse après endométrectomie

  • faible mais non nul avec grossesses à haut risque de complications (placenta accreta et ou hypotrophie foetale) chez les patientes de moins de 40 ans.
    Ce risque peut être aboli en plaçant en fin de procédure un système d’obstruction intra tubaire de type “Essure” ou un dispositif intra utérin.

Risque de de cancer endométrial après endométrectomie

  • faible et de diagnostic difficile d’où l’obligation d’une évaluation pré et peropératoire soigneuse de la muqueuse et des copeaux de résection endométriaux.

l’endométrectomie s’avère être un bon compromis dans la prise en charge des saignements génitaux anormaux sous couvert d’une technique bien maîtrisée associée à une sélection judicieuse des patientes face à un geste aussi radical que l’hystérectomie




Resection de polype au système resection master


Souvent méconnus car de petite dimension les polypes endo utérins sont responsables de 25 % des métrorragies tout âge confondu. L’association à un cancer de l’endomètre est rare. Le polype endo utérin n’est pas un facteur de risque de l’adénocarcinome de l’endomètre.
Circonstances de découverte

  • Les troubles du cycle menstruel et les saignements post ménopausiques représentent respectivement 41% et 9 % des étiologies.
  • L’infertilité ou la découverte fortuite dans le cadre d’un bilan pré FIV complètent le tableau fonctionnel.

  • Élément de suspicion diagnostique
  • Méthodes thérapeutiques
  • Conclusion
Élément de suspicion diagnostique

L’échographie aidée du doppler couleur retrouve un processus occupant intracavitaire hyperéchogène interrompant la ligne cavitaire avec signal doppler franc.

Elément de confirmation diagnostique
L’hystéroscopie diagnostique (réalisée au cabinet en ambulatoire) permet de :

  • De typer le polype (fonctionnel, adénomateux, atropho kystique, pédiculé, sessile).
  • De localiser le polype (cornes, faces antérieure ou postérieure, isthme).
  • De rechercher les lésions associées (hyperplasie endomètre, fibrome,…)
Méthodes thérapeutiques

Le curetage évacuateur est une méthode à proscrire car

aveugle laissant le plus souvent la ou les lésions en place.
Pouvant occasionner des dégâts associés (perforation utérine, synéchies,…).

La résection du polype à l’anse diathermique sous hystéroscopie opératoire => Méthode de choix

  • Chirurgie sous contrôle de la vue permettant de retirer toute la lésion avec un minimum de dégâts (important dans le cadre la chirurgie de la fertilité) .
  • Méthode adapté à tout type de polype permettant de traiter les lésions associées.
  • Méthode ambulatoire avec une hospitalisation de moins de 12 heures.
Conclusion

L’échographie endovaginale. Reste l’examen clé pour le dépistage des polypes endo utérins.
L’hystéroscopie diagnostique (ambulatoire au cabinet) viendra confirmer l’hypothèse diagnostique.
Le classique curetage endo utérin devrait être aboli pour laisser place au traitement hystéroscopique permettant l’amélioration quasi constante des trouble hémorragiques).



Dr. Moulay Nabil





Newsletter


Inscrivez-vous à la newsletter de Dr. Moulay Nabil pour recevoir toutes les nouvelles vidéos .



© 2020, ALL RIGHTS RESERVED,CONCEPTION & DÉVELOPPEMENT SONEDIS