Dr. Moulay Nabil

Nous sommes toujours concentrés sur l’aide à surmontrer votre intervention chirurgicale, avec un grand engagement et une récupération facile.

Promontofixation coelioscopique pour prolapsus génital

La promontofixation cœlioscopique est une technique parmi les nombreuses techniques de cure de prolapsus génital de la femme .

Elle ne permet pas de traiter Ă  elle seule une incontinence urinaire.

Elle consiste à implanter un tissu prothétique (bandelette de polypropylène):

  • en avant (bandelette antĂ©rieure) entre la vessie et le vagin (cure de cystocèle ou protrusion de la vessie au niveau du vagin ), suspendant le col utĂ©rin ou le fond vaginal,
  • en arrière (bandelette postĂ©rieure ) disposĂ©e entre le rectum et le vagin, fixĂ©e sur les muscles du petit bassin (muscles Ă©lĂ©vateurs de l’anus) et barrant ainsi la route Ă  la rectocèle (protrusion du rectum dans le vagin).
  • La partie supĂ©rieure de chaque bandelette est fixĂ©e au promontoire au niveau d’un ligament situĂ© en avant de la colonne vertĂ©brale.

Chaque bandelette est maintenue en place par des sutures (fils), puis est ensuite colonisée par des cellules (fibroblastes) de manière à être incorporée dans les tissus et les renforcer.

Le délai pour obtenir une certaine solidité est de 3 à 6 semaines.
Le résultat est donc plus durable qu’une intervention réalisée sans matériel prothétique et par voie vaginale.

Un geste d’hystérectomie (ablation de l’utérus) peut être associé en cas de problème utérin mais est toujours discuté en préopératoire.


Coeliochirurgie de la cystocèle (prolapsus vessie) par suspension latérale


La suspension utéro vaginale par voie cœlioscopique est une technique parmi les techniques de cure de prolapsus génital de la femme .

Elle ne permet pas de traiter Ă  elle seule une incontinence urinaire.

Elle consiste à implanter un tissu prothétique (bandelette de polypropylène) :

  • en avant (bandelette antĂ©rieure ) entre la vessie et le vagin (cure de cystocèleou protrusion de la vessie au niveau du vagin ),permettant la suspension utĂ©rine et vĂ©sicale par deux bras de traction latĂ©raux Les deux bras latĂ©raux de la prothèse vont servir Ă  rĂ©aliser la suspension latĂ©rale, transpariĂ©tale et sus-iliaque, en « tension-free ».
  • en arrière (bandelette postĂ©rieure ) disposĂ©e entre le rectum et le vagin, fixĂ©e sur les muscles du petit bassin (muscles Ă©lĂ©vateurs de l’anus) et barrant ainsi la route Ă  la rectocèle (protrusion du rectum dans le vagin).

Chaque bandelette est maintenue en place par des sutures (fils), puis est ensuite colonisée par des cellules (fibroblastes) de manière à être incorporée dans les tissus et les renforcer.

Le délai pour obtenir une certaine solidité est de 3 à 6 semaines.
Le résultat est donc plus durable qu’une intervention réalisée sans matériel prothétique et par voie vaginale. (85 % de bons résultatsà 5 ans)

Un geste d’hystérectomie (ablation de l’utérus) peut être associé en cas de problème utérin mais est toujours discuté en préopératoire.

Conclusion

La suspensiopn utero vaginale latérale cœlioscopique avec prothèse sous vésicale corrige indiscutablement les troubles de la statique pelvienne comportant unecystocele ( descente de la vessie) et/ou une hystéroptose ( descente de l’utérus) prédominantes. C’est une alternative intéressante aux autres procédures de fait du très faible risque de complications.



Dr. Moulay Nabil


Nous sommes toujours concentrés sur l’aide à surmontrer votre intervention chirurgicale, avec un grand engagement et une récupération facile.




Newsletter


Inscrivez-vous à la newsletter de Dr. Moulay Nabil pour recevoir toutes les nouvelles vidéos .



© 2020, ALL RIGHTS RESERVED,CONCEPTION & DÉVELOPPEMENT SONEDIS