Dr. Moulay Nabil

Nous sommes toujours concentrĂ©s sur l’aide Ă  surmontrer votre intervention chirurgicale, avec un grand engagement et une rĂ©cupĂ©ration facile.

Plastie tubaire distale

40 % des infĂ©conditĂ©s sont d ’origine tubo pĂ©ritonĂ©ales.Les progrĂšs spectaculaires et continus de l’assistance mĂ©dicale Ă  la prĂ©crĂ©ation (FIV, ICSI, MIV) semblent mettre au second plan prise en charge chirurgicale de stĂ©rilitĂ©. Il reste nĂ©anmoins toujours une place pour la repermĂ©abilisation tubaire distale par voie endoscopiques dans stĂ©rilitĂ© tubo pĂ©ritonĂ©ale.

Causes des obstructions tubaire distales

  • AntĂ©cĂ©dent d’infection tubaire non traitĂ©e (salpingite) (35 %)
  • Nombre de partenaires sexuels > Ă  3
  • AntĂ©cĂ©dent d’interruption volontaire de grossesse
  • AntĂ©cĂ©dent de chirurgie pelvienne

Bilan diagnostique et thérapeutique

Echographie pelvienne

  • faiblement contributive en dehors de la visualisation dans moins de 16 % des cas d’un hydrosalpinx franc (Structure coudĂ©e , transsonore 0 paroi fine et cloisons incomplĂštes)

Hystérosalpingographie +++

  • C’est l‘examen clé de la pathologie tubaire distale car permet l’établissement d’un score tubaire distal indispensable Ă  la rĂ©alisation ou non de la cƓlioscopie

Autre bilans

  • Le bilan inflammatoire (CRP),infectieux et l’exploration du conjoint sont habituels

CƓlioscopie

  • C’est l‘examen clé de la pathologie tubaire distale car permet
  1. l’établissement d’un score adhĂ©rentiel indispensable Ă  la rĂ©alisation ou non de rĂ©paration tubaire
  2. La recherche de lĂ©sions associĂ©es qui seront traitĂ©es en mĂȘme temps.

Conclusion

  • La stĂ©rilitĂ© tubo pĂ©ritonĂ©ale reprĂ©sente encore majoritĂ© des indications de fĂ©condation in vitro
  • Chaque patiente doit bĂ©nĂ©ficier de toutes les techniques actuelles dans un ordre prĂ©cis , allant du plus Ă©conomique au plus onĂ©reux.
  • La cƓlioscopie opĂ©ratoire est la technique de rĂ©fĂ©rence dans les plasties tubaires distales (sous couvert d ’un score tubaire distal et adhĂ©rentiel favorable).
  • La fĂ©condation in vitro sera indiquĂ©e
    • si Ă©chec du traitement cƓlioscopique (pas de grossesse aprĂšs 1 an)
    • en cas de contre indication du traitement chirurgical

Drilling ovarien par cƓlioscopie

Le syndrome des ovaires micropolykystiques (SOPK) est l’endocrinopathie fĂ©minine la plus frĂ©quente associant infertilitĂ©, troubles du cycle (spaniomĂ©norrhĂ©es) , hirsutisme et obĂ©sitĂ©.
La rĂ©section cunĂ©iforme des ovaires par laparotomie fut la premiĂšre rĂ©ponse thĂ©rapeutique Ă  ce syndrome permettant d’obtenir 80 % d’ovulation avec un taux de conception voisin de 60 %
Cette technique fut abandonnĂ©e car outre la laparotomie avec un risque Ă©levĂ© d’adhĂ©rences post opĂ©ratoires (70 %) entraĂźnant une stĂ©rilitĂ© mĂ©canique associĂ©e Ă  des algies pelviennes chroniques , l’apparition de traitement mĂ©dicaux (citrate de clomiphĂšne) ont permis d’observer un taux de grossesse voisin de 50 %.
En cas de résistance au citrate de clomiphÚne les gonadotrophines sont devenues un traitement de seconde intention bien établi du SOPK.
C’est dans ce concept que la chirurgie ovarienne cƓlioscopique a Ă©tĂ© remise en actualitĂ©.

Principes du drilling ovarien

La microperforation ovarienne par une pointe monopolaire entraĂźne une hypervascularisation et une diminution des corticales ovariennes responsables

  1. d’effets bĂ©nĂ©fiques sur la cinĂ©tique hormonale
  2. diminution rapide et stable du taux de LH sans variation du taux de FSH normalisation rapide et stable du taux des androgĂšnes
  3. Nette amĂ©lioration du taux spontanĂ© d’ovulation

70 % d’ovulation avec 55 % de grossesses

Avantages du drilling ovarien

Diminution du risque d’adhĂ©rences post opĂ©ratoires

De 80 % si laparotomie à 20 % si cƓlioscopie

Résultats égaux ou supérieurs à ceux obtenus si utilisation de gonadotrophines

  1. Les taux d’ovulation (70 %) et de grossesse 50 %) sont comparables aux taux retrouvĂ©s en cas d’utilisation de FSH pure
  2. Le taux d’avortement prĂ©coce (18 %) est infĂ©rieur Ă  celui obtenu si utilisation de FSH pure
  3. Suppression du risque d’hyperstimulation
  4. Stabilisation des résultats à long terme
  5. Moins de 5 % de cycles anovulatoires aprĂšs un an.


Dr. Moulay Nabil


Nous sommes toujours concentrĂ©s sur l’aide Ă  surmontrer votre intervention chirurgicale, avec un grand engagement et une rĂ©cupĂ©ration facile.




Newsletter


Inscrivez-vous à la newsletter de Dr. Moulay Nabil pour recevoir toutes les nouvelles vidéos .



© 2020, ALL RIGHTS RESERVED,CONCEPTION & DÉVELOPPEMENT SONEDIS